Livre de François Roux « Justice internationale, la parole est à la défense »

livre-francoisUn accusé de génocide a-t-il droit à une défense ? Pour François Roux, qui fut l’avocat de Douch, le tortionnaire khmer rouge, la réponse est « oui ». Dans ce récit humble et passionné, il raconte le combat d’une vie pour rendre sa pleine fonction à une justice issue du tribunal de Nuremberg de 1945 et conçue, d’abord, pour combattre l’impunité des criminels nazis. Tout accusé, même d’un crime contre l’humanité, doit avoir droit à une vraie défense et à un procès équitable, ce qui inclut tout autant le droit à la présomption d’innocence que celui de plaider coupable. C’est la condition, à ses yeux, pour construire sur des principes intangibles une véritable justice pénale internationale, enrichie de la diversité culturelle dont sont porteurs tous ses acteurs, quelle que soit la région du monde dont ils proviennent. François Roux a exercé pendant trente-huit ans la profession d’avocat. Longtemps engagé aux côtés des désobéissants civils non-violents dans les pas de Gandhi, il s’implique ensuite dans la justice pénale internationale et dirige aujourd’hui le bureau de la défense, au sein du Tribunal spécial pour le Liban, à La Haye, aux Pays-Bas. Il est l’auteur, chez Indigène, du livre En état de légitime révolte. Une réflexion sur la place de l’avocat de la défense dans une justice internationale conçue, selon l’auteur, par les Anglo-saxons, par les Français et par les Allemands pour lutter contre l’impunité des génocidaires. Il plaide pour une justice universelle qui s’ouvrirait sur les droits arabes, africains, japonais, etc.